Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ENTRE LES JAS
  • ENTRE LES JAS
  • : Selon mes balades, des photos de paysages, de nature, de villages, des petites et grandes histoires de la Provence...
  • Contact

Livre édité

Le journal de captivité rédigé par mon père au STALAG IIIA

http://www.thebookedition.com/fr/stalag-iiia-journal-de-captivite-p-19537.html?search_query=stalag&results=1

 

 

 

 

Recherche

13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 10:59
Pour une fois, je ne mets pas en ligne une de mes photos, mais un coup de gueule...

L'Union Européenne veut permettre la vente d'un vin rosé d'un nouveau genre, issu du mélange de vins rouges et blancs !!
Quelle injure à la fabrication traditionnelle et fort goûteuse du vin rosé !!
Je parle surtout en tant que fille de caviste. Quand je me remémore avec quelle passion mon père fabriquait ce vin "d'une nuit"..., selon les cépages, le degré sucre, la couleur, le goût souhaités...
La Provence (et d'autres régions viticoles) n'est rien sans son rosé traditionnel !


Ci-dessous un extrait de "Var-Matin" d'aujourd'hui.

Les viticulteurs varois sont furieux et inquiets. Une solide délégation s'est rendue hier au ministère de l'agriculture, afin d'expliquer aux représentants de Michel Barnier qu'il ne fallait pas toucher au rosé, sous peine de mise à mort de la viticulture régionale.

Selon eux, l'idée saugrenue émise par l'Europe de permettre la fabrication de vin rosé en mélangeant du rouge avec du blanc a en effet pour conséquence de tromper le consommateur, qui n'aurait à boire qu'un produit médiocre. Et entraînera aussi une crise économique sans pareil, notamment dans le Var ;

 « Une mesure cachée »

« Nous avons été écoutés. Mais le combat va être difficile », avoue Alain Baccino, président de la chambre d'agriculture, à la sortie du ministère. « Le dossier est malheureusement bien avancé. Il va falloir se battre becs et ongles pour le faire reculer ».

Les 27 états membres ont en effet proposé ce coupage fin janvier, le vote définitif intervenant fin avril. Une pratique interdite en Europe, mais autorisée dans plusieurs pays comme l'Argentine et l'Australie... Seule la Hongrie s'est prononcée contre ce projet.

La France, elle, n'avait pas bronché « car cette mesure a été un peu cachée », avoue Josette Pons. Les viticulteurs varois ont fini par alerter la députée  chargée de l'agriculture au conseil général. Qui s'est dépêchée d'informer le Premier ministre (« il n'était pas au courant »). Depuis, Mme Pons se fait le relais des viticulteurs furibards à Paris. Un peu tard. « Sur ce coup-là, on est un peu seul », déplore l'élue. « Les autres pays comme l'Allemagne, les négociants poussent à la roue ».

Pourquoi ? « Parce que ce coupage permettrait d'inonder le marché avec des vins pas chers », s'énervent les responsables du syndicat des côtes-de-provence (Guy Gaspérini son président et Alain Rolley, son directeur). Et de tempêter : «L'Europe veut brader la qualité et l'authenticité d'un produit sur l'autel de la mondialisation ».

Les régions françaises produisant des vins blancs se vendant mal seraient ainsi trop heureuses d'écouler leurs marchandises, avancent encore les viticulteurs varois. Alors que le vrai rosé, lui, se vend bien. Sa cote ne cesse de grimper : il représente 23 % de la consommation totale de vin en France.

Trente ans d'efforts

« On fait des envieux. On veut nous copier », en déduisent les vignerons locaux. Le succès de leur vin n'est pas dû au hasard, rappellent-ils. « Il a fallu trente ans d'efforts pour lui donner cette bonne image », souligne Alain Baccino. Cette place de leader mondial incontesté a été gagnée aux côtés du Centre de recherche et d'expérimentation sur le vin rosé. Une structure unique en Europe créée « afin d'avoir toujours une longueur d'avance dans la recherche sur ce vin », insiste son président Alain Combard. Lui non plus ne décolère pas contre ce « simili-rosé à bas prix » qui constituerait « une concurrence déloyale ».

Les viticulteurs présents à Paris ont décidé de continuer à se battre au sein d'une cellule régionale avec d'autres zones productrices de rosé. Puis d'alerter les pays d'Europe afin de tenter de les rallier à leur cause. Avec le ferme espoir de ne pas se battre en vain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe 26/03/2009 17:31

Sournoisement le lait pasteurisé chasse le bon lait cru de notre patrimoine fromager !
Aujourd'hui une réglementation voudrait légaliser ce que certains "cafetiers / restaurateurs" voyous font derrière leur comptoir ( ce qui est passible d'une amende )!
De grâce laissez s'exprimer le talent de nos viticulteurs. N'enterrez-pas leur savoir faire. Ne soyez pas le fossoyeur de leur héritage!
Laissez nous continuer à déguster un vin qui est digne de s'appeler ROSE.

Galinette 26/03/2009 19:09


ça c'est bien dit!!


aphilibert 15/03/2009 11:03

Moi aussi je cherche une pétition à signer, la première qui trouve le dit !! Et je suis à l'affut de toute manif',prise de position, etc...
cette histoire de rosé, c'est viscéral !!

kiki 15/03/2009 10:56

C'est un vrai scandale, la proposition n'est heureusement pas encore passée, je guête sur le net et sur toute autre plateforme le moyen de faire pression, en clair, je cherche une pétition à signer et à faire passer à nos chers dirigeants, promis, dès que je la trouve je vous la fait passer à tous !
En sauvant notre vin nous pouvons sauver notre identité !

Galinette 10/04/2009 12:00


Ca y'est, y'a une pétition en ligne, portée par les jeunes agriculteurs varois : http://www.coupertuelerose.com/petition.php?rub=signer



seveuhreen 14/03/2009 12:38

oui j'ai entendu ca hier aussi....
ce n'est pas possible de laisser faire un truc pareil !!!!!

Marylou 14/03/2009 11:37

Bonjour à toutes ! Je suis de la région Corse et des vignes, il y en a ! J'adore le vin rosé, et personnellement, je préfère la qualité à la quantité !! Comme dans tous d'ailleurs. Je préfère n'en acheter qu'une bouteille, mais buvable !!!! J'ai honte de ce que nous faisons de notre agriculture et de nos bons produits, dans le seul but de "quoi" ?? On se le demande bien ?? Marylou